Le souvenir ne signifie pas de s’accrocher au passé

comme si on accostait son bateau

au port défraîchi par le temps

Un pont de piétons menant à un temple

Par Claire Durocher

Le passé et le souvenir sont deux choses différentes. Le souvenir d’une personne, d’un événement est comme rentrer chez soi.

J’aime l’idée d’être citoyenne du monde pour partager les cultures et anéantir les guerres entre nations. Mais, je sais que la culture de mon chez moi est essentielle pour mieux apprécier celle des autres.

Une fois, j’ai la chance de me sentir citoyenne du monde au beau milieu d’une plantation de thé en Chine! Je pense alors à mes années de froidure au Saguenay-Lac Saint-Jean, au calme champêtre de l’Outaouais, au temps où je me sentais enlacée par les épinettes du Nord de l’Ontario, et aux quelques mois en Orient. Ces vécus me permettent un discernement judicieux. Mes origines sont un mélange de verdures, d’odeurs de vergers, d’êtres chers dormant dans des draps de souvenirs.

Statue couleur or du Dieu de la nature

Chaque jour crée de nouveaux souvenirs et apporte sa lumière. Aujourd’hui, je vous raconte quatre souvenirs aux vives émotions. Note: je n’ai pas photographié ces moments, donc les photos ont été prises à d’autres occasions.

En Chine, un soir comme tant d’autres, je suis invitée avec ma fille dans le chez soi d’une famille d’ouvriers. Une famille modeste et aimante. Le père cuisine sur un vieux réchaud au gaz avec son seul chaudron noirci par le temps. La mère prépare des sacs d’eau chaude pour nous tenir au chaud, car il n’y a pas de chauffage dans la maison. Ce n’est pas le froid qui me donne la chair de poule, mais l’émotion de voir ces personnes si avenantes pour nous. Ils cuisinent même des frites pour nous honorer! L’homme ouvre une bouteille de vin et verse l’élixir doucement dans nos verres telle une boisson précieuse comme l’or. Puis, il referme soigneusement la bouteille et la place délicatement sur le comptoir pour une autre occasion. C’est si attendrissent de le voir faire.

Trois femmes devant une table remplie de plats

Une autre famille nous accueille pour le Nouvel An. À notre arrivée, le grand-père termine de poser les affiches rouges traditionnelles de souhaits à l’entrée de la maison. Lorsqu’il nous voit arriver, il saute de joie, de vrais sauts de bonheur extrême. Un grand-père, un aïeul, un homme si heureux et ce, juste de nous accueillir chez lui. Quel sens cela donne à l’importance d’un chez soi !

Un homme peint des affiches rouges de souhaits

Une autre fois, la Commission scolaire organise un Jour de l’an pour son personnel. Spectacle tout l’après-midi. On m’installe dans une section spéciale… vieillesse oblige… et on me sert du thé durant tout le spectacle, une tradition qui trouve son sens.

Ensuite, c’est un souper gastronomique, nappe blanche, des plats et des plats et encore des plats sur une plaque tournante devant nous. On apporte une bouilloire éblouissante dans son antiquité. C’est une très, très, très vieille bouilloire. Certaine que c’est du thé (on est en Chine), je bois un grand coup pour me rendre compte que c’est de la boisson alcoolisée pour célébrer la nouvelle année. Ma copine de table trouve la cachette de la fameuse bouilloire, on boit une gorgée après l’autre. On fait des toasts et des toasts, des Ganbei et des Ganbei. Bonne année.

Des femmes qui dansent lors d'un spectacle de Noël

Pour mon anniversaire, des amis m’amènent dans un restaurant chic. On verse une boisson semi transparente rose foncé dans ma coupe. Bonne fête, voici du bon vin de riz rouge. Chin Chin!!!

Puis, en route vers la salle de danse. Mes compagnes me cherchent des cavaliers chinois, car ici on danse à deux ou des danses en ligne, mais rarement seul. Mes cavaliers de fortune se font taquiner par les autres danseurs, car ils font danser la Canadienne aux cheveux jaunes, seule étrangère dans l’établissement.

Bouteille de vin avec étiquette Great Wall

Ces quatre occasions, c’est comme se réveiller dans le brouillard d’un matin d’automne et se demander si le paradis existe vraiment! Trop beau pour être vrai.

De tels événements donnent une dimension plus profonde à ma vie, à l’amitié. Je ressens plus passionnément mon entourage.

Je salue la vie de côtoyer des personnes qui acceptent mes extravagances, mes pensées, mes réflexions, mes rêveries. Quelle chance de donner de l’importance à chaque moment d’humanité.

Le souvenir nourrit à condition qu’il nous projette vers la volonté d’un futur salutaire. Salutaire dans toute sa définition : Conserver ou rétablir un bon état physique ou moral, qui est nécessaire à garder un bon équilibre. Qui est propre à assurer le bonheur éternel, le salut de l’âme.

Groupe de personnes dans un salon

Note: Lorsque vous laissez un commentaire, votre adresse de courriel ne sera pas publiée sur le blogue. Elle restera confidentielle.

2 Comments

  • Colette dit :

    un autre beau texte, un autre beau message ……….. en fait il faut profiter de ce que la vie nous donne, …. chaque parole, chaque petit geste est important

    • Claire Durocher dit :

      Tous nos acquis font partie de notre vie présente et future. Reconnaître ces petits gestes et ces paroles pour qu’ils fassent partie de notre bonheur.

Leave a Reply

 

Merci de votre visite.

Je vous invite à m‘écrire au

cdurocher1@hotmail.com

et à me suivre sur Twitter

@ClaireDurocher1

Revenez me voir, il y a un nouvel article régulièrement.