Par Claire Durocher

Un jour, j’entends l’écho des vagues de l’Australie comme un appel à la découverte de ce nouveau monde. Je vois bleu turquoise dans ma tête juste à penser à la Grande barrière de corail qui, selon la littérature, est le plus grand récif corallien du monde. Elle est l’habitat de centaines, voire de milliers d’espèces de coraux, de mollusques, de poissons et d’oiseaux. Une biodiversité exceptionnelle, malheureusement mise en danger par les activités humaines.

un chemin menant à la mer

Que diable l’ombre de la lune dans la cour, je pars pour l’Australie.

Une femme regarde la mer

Mais l’aventure est plus périlleuse que prévue. La Providence m’abandonne dans ce paradis de l’océan Indien.

Une femme en repos à la tombée de la nuit

Yé, je pars, tout est parfait, et non …. problème de papier à la douane. Mon numéro de visa n’est pas enregistré dans le système informatique. Je suis coincée à l’aéroport de Hong Kong. À la suite d’une solution in extremis, je réussis à prendre mon vol.

une femme avec ses bagages à l'aéroport

Fiou, arrivée saine et sauve à l’aéroport de Brisbane. Je vais respirer l’air de l’Océanie, et non … un chien renifle mon sac à dos. Le douanier m’arrête. J’ai oublié une pomme dans le fond de mon sac. Il a raison, on ne doit jamais transporter de fruits sur une île. Un contretemps qui n’a rien de prestigieux comme dans les films, juste un chien saucisse assigné à la fouille des bagages. La honte chatouille mon orgueil.

une femme montre une pomme dans un sac à dos

Je réussis à régler le problème avec le douanier. Je peux profiter des charmes de Brisbane et non …. mon compte bancaire est désactivé. Je dois survivre avec les quelques dollars que j’ai en poche. Les banques sont fermées, on est dans un long week-end férié.

La ville vue de la rivière

Pas de problème, je dormirai dans les auberges de backpackers et non …. on me refuse parce que mon sac à dos est trop petit. Je ne serais pas un vrai voyageur, quelle mauvaise blague. Il me reste une chaise à la section des backpackers du terminus d’autobus.

une femme dans un terminus d'autobus

Je suis rusée. Je décide de prendre un autobus de nuit pour dormir et non … le chauffeur n’a pas les clés. Le conducteur précédent aurait oublié de les lui remettre, impossible de partir. Un autocar pas de clés, c’est quand même rare.

Une femme devant un autocar

Au moins la mer c’est gratuit.

une femme met ses pieds dans la mer

Après plusieurs repas au beurre d’arachides, aujourd’hui c’est jour de banquet et non … la serveuse a oublié de mettre la viande dans le sous-marin. On avait rêvé d’un sandwich avec tous les choix d’ingrédients. Quelle déception.

une femme regarde son sandwich avec déception

Pendant ce séjour en Australie, j’ai rendez-vous avec mon ami pour sa collation des grades. Je serai sa seule famille présente pour le féliciter et non … la cérémonie a été devancée à 9 h au lieu de 14 h. J’arrive trop tard. L’université lui prête une toge pour une photo de famille.

un diplômé avec sa toge

La Providence s’en est allée. J’erre sous le ciel d’un bleu azur jusqu’au crépuscule. Il y a des soirs où on se sent seule au bout du pont avec ses souvenirs qui sont des reliques inutiles en ces jours impromptus.

un pont illuminé la nuit

Sur la rue démesurément propre de Brisbane, je marche sur les rimes du destin. Je constate que la conduite automobile à droite fait que tout est différent. Il faut bien sûr regarder à droite pour traverser la rue, mais aussi se placer à droite dans une file d’attente.

Look écrit sur le trottoir avec une flèche pour regarder à droite

Cette série d’infortunes m’oblige à oublier la Grande barrière de corail. Je réussis à voir des kangourous.

photo d'un kangourou

Au gré des rencontres de fortune, une autruche prend le temps d’écouter mes doléances. Elles n’ont plus vraiment leur raison d’être. Après tout, cette escapade n’est pas si pathétique.

photo d'une autruche

En suivant les pistes des animaux fétiches australiens, je vois un koala en pleine sieste sur une branche. Normal, ils dorment une vingtaine d’heures par jour entre leurs dégustations de feuilles d’eucalyptus. Mon coeur s’amuse, c’est si fabuleux pour l’Occidentale que je suis.

photo d'un koala

Il est déjà temps de partir. Dorénavant, je ne ferai plus de mes attentes la pièce de théâtre que j’imagine du pays. Maintenant, je regarderai le spectacle que le pays m’offre à titre gracieux. 

photo de la mer

Note: Lorsque vous laissez un commentaire, votre adresse de courriel ne sera pas publiée sur le blogue. Elle restera confidentielle.

Leave a Reply

 

Merci de votre visite.

Je vous invite à m‘écrire au

cdurocher1@hotmail.com

et à me suivre sur Twitter

@ClaireDurocher1

Revenez me voir, il y a un nouvel article régulièrement.