“Je trouvai sur le pont un banc
d'où je pouvais jouir d'un paysage immense
auquel la luminosité du matin donnait sa transparence”

Georges Bataille
un homme regarde un paysage de montagnes

Je me lève subitement et j’entre dans ce paysage indocile. Je vois sa lumière, je bois sa rosée, je m’étourdis de ses couleurs. Je le sens m’entourer comme s’il me prend dans ses bras. Il accueille mon regard de mille paroles secrètes enfouies dans son intimité. Je me faufile sournoisement dans son for intérieur jusqu’à ses entrailles.

Homme marche à travers des rochers

Quel défi. Ce paysage a des siècles de vent, de pluie, de soleil imprégnés dans ses rochers, dans sa végétation. Je le piétine de mes pas avec des vents de 100 km/heure qui ébouriffent mes cheveux. J’étouffe, mais lui, le paysage, il ne bronche pas. Les bourrasques l’effleurent à peine. Ses odeurs et ses couleurs continuent de toucher mes sens. Je reste là, figée par ses charmes, par sa façon de satisfaire mon appétit physique et spirituel.

 

femme dans un parc montagneux

Parfois, je m’arrête pour mieux le regarder. Son apparence, ses reflets d’ombre et de lumière forcent le respect. Il s’impose en catimini avec ses arômes de bois de senteur. Quelquefois, il me fait peur, il est si paradoxal. Il m’entraîne dans un inconnu où je ne reconnais plus les oiseaux, les arbres, les plantes, l’animal familier. Un auteur a même prétendu entendre le son de la montagne….

 

un couple regarde l'Himalaya

Je le suis dans des forêts luxuriantes où je le surprends à afficher des ombrages inattendus qui m’enveloppent de doux frissons. Je surveille le paysage du coin de l’oeil et je l’entends murmurer au vent des sous-bois.

Un jour, je le vois s’habiller de rivières et de buissons. Les rayons de soleil reflètent la végétation comme un miroir qui me fait perdre la ligne d’horizon. Je me sens étrange. Je sais que tantôt, j’irai me rafraîchir dans cette eau limpide et cristalline. Trouverais-je mon chemin dans ce paysage qui a la tête de haut en bas et de bas en haut?

 

Reflets de palmiers dans l'eau

Un matin, l’air frais du dehors me réveille doucement. Je sors de mon abri de terre et de mortier et j’aperçois le paysage dans son nouveau look. Il faut le voir dans sa tenue prêt-à-porter du printemps. Je veux entrer dans sa campagne et marcher sur son tapis de verdure fraîche. Je suis gonflée de joie et je me rappelle les mots de cet auteur et peintre français tombé en amour avec l’Algérie :

“Je veux vous dire de quelles merveilles se sont enrichies mes regards dans leur voyage au pays saharien. Le matin .. une braise incandescente posée sur la joue de l’horizon. Des flots de lumière en ont jailli tapissant le sol de leurs joyaux, et le sable est devenu une poudre vermeille.”

Étienne Dinet
Campagne fleurie au pied d'une montagne

Combien humble je suis devant ces contrées qui sont des éternités. Je me sens près d’elles, complice avec elles. Je veux parler tout bas pour ne pas déranger le temps faire des pics avec ses montagnes. Un souci pour chaque contrée de se faire belle dans un décor plus contemporain!

Rivière coule près d'une montagne en forme de pics
Paysage tropical

Juste un moment, je veux imaginer les microclimats s’assoupir sous sa verdure épaisse. Je me dis que les amoureux trouveraient refuge dans cet endroit plein de péché véniels, dirait Anna de Noailles.

En un instant, je sens le sol vibrer sous mes pas. C’est la rivière qui se fraie un chemin à travers la roche volcanique. Quelle magnitude! Rien n’arrête le paysage pour m’en mettre plein la vue, pas même les volcans déchaînés, les insectes voraces et les fauves cachés dans les bruits terrifiants de la nuit.
Le paysage est une bataille avec les forces du temps ! Il incite à le traiter avec égards et considération.

Rivière coule sur des pierres volcaniques

“Le temps comme un souffle endormi
nous portant à travers l’espace
dans le vol d’un rêve silencieux”

Gaëtan Picon
Deux hommes discutent dans un paysage lunaire

Le parc national Torotoro est à lui seul un rêve silencieux. Les traces du temps sont visibles dans l’érosion des pierres. Le silence étrange du site semble dominer toute la planète. Parfois, le vent se fait un peu bavard et révèle le vol des rares oiseaux qui s’aventurent dans la région. Torotoro est un patrimoine national pour, entre autres, préserver le Paraba Frente Roja, une espèce de perroquet Ara doté d’un front rouge.

Je gravis pas après pas les 4 000 mètres d’altitude de ce parc au coeur de la Cordillère des Andes. Je fais la rencontre de quelques-unes des 600 espèces de plantes et des 49 espèces d’animaux dont le chat andin, le puma, le lorita tordo qui est endémique à la région. Que ce soit le paysage lunaire de couleur rouge-ocre réinventé ou le poisson à même la roche sédimentaire, l’effet reste irréel. Je veux être partenaire de la sauvegarde de ce patrimoine et de tous ceux de la terre. C’est une responsabilité collective.

Poisson sculpté dans la pierre par l'érosion

Dans un autre ailleurs, je découvre l’éléphant de Ausable Chasm! Un tour de canoë improvisé pour découvrir ce mammifère d’Afrique et d’Asie posant dignement dans le Grand Canyon des Adirondack. Décidément, le paysage est plus grand que mon imagination. J’apprends que le site est formé par une pierre de grès datant de plus de 500 millions d’années. La fonte des glaciers donne naissance à des sculptures toutes plus impressionnantes les unes que les autres.

Éléphant sculpté dans la pierre par l'érosion

La senteur de l’herbe intensifie la beauté infatigable du paysage. Des endroits si purs, si inaltérés et bien réels. Le jaune et le marron tentent de percer à travers le feuillage des arbres comme un coucher de soleil à venir.

Arbre surplombant un étang

Leave a Reply

 

Merci de votre visite.

Je vous invite à m‘écrire au

cdurocher1@hotmail.com

et à me suivre sur Twitter

@ClaireDurocher1

Revenez me voir, il y a un nouvel article régulièrement.