Par Claire Durocher

Le matin paraît soudain de l’ébène de la nuit pour accueillir le jour de Pâques. Un jour exceptionnel qui tend la main à la vie d’un air galant. Quelle journée de gratitude!

Ce matin de Pâques est le premier dimanche après la pleine lune de l’équinoxe du printemps alors que la longueur du jour et de la nuit est identique.

L’aube se forme à l’horizon laissant son jaune s’entrelacer avec le reste de bleuté de la lune. Un soleil vermeil perce l’aurore mielleux. C’est si magique qu’on dirait que le soleil danse doucement dans le ciel. C’est le temps de la cueillette de l’eau de Pâques. Une tradition qui traverse les siècles. Combien d’entre nous se souviennent d’être restés debout toute la nuit pour voir le soleil danser, et ensuite pour marcher jusqu’à la source ramasser de l’eau de Pâques?


ruisseau au printemps

Même si l’eau de Pâques n’est pas mentionnée dans les livres chrétiens, les fidèles croient à ses vertus curatives. Certains aspergent leur maison pour la protéger contre la foudre durant les orages ou simplement pour éloigner les malheurs. Ce rituel de l’eau de Pâques est l’occasion d’un rassemblement familial et même social. Des localités instaurent une marche au flambeau jusqu’à la source pour aller chercher ce précieux liquide. Plusieurs voudraient même en faire une activité touristique.

Et pourquoi pas! Des traditions se perpétuent pour le plus grand plaisir de tous. La brioche du carême en est un exemple. Cette pâtisserie sucrée avec des raisins et de la cannelle est décorée de deux lignes blanches sur le dessus. Ces lignes sont une croix qui rappelle le jeûne de Jésus dans le désert OU elles représentent les quatre quartiers de la lune en cette journée d’équinoxe du printemps. Qui sait! Leur origine est si lointaine.

brioches du carême

Ainsi, à Pâques, le soleil se pointe à l’horizon, l’aube argentée s’empourpre, c’est le temps du renouveau de la vie après le silence de l’hiver. L’air est à nouveau rempli de senteurs familières. En ce moment si cérémoniel, je suis l’hospitalité de mon coeur que je répands comme doux parfum.

Aujourd’hui, pour nous, Nicole Kingsbury reproduit cette tradition encore vivante pour plusieurs citoyens, ici, à Saint-André-d’Argenteuil.

femme ramasse de l'eau à une source

Au fil des mots est une page de clairedurocher.com dédiée à la communauté de Saint-André-d’Argenteuil. Tous les articles d’Au fil des mots sont regroupés dans les dernières pages de la section Archives.

 

Note: Lorsque vous laissez un commentaire, votre adresse de courriel ne sera pas publiée sur le blogue. Elle restera confidentielle.

2 Comments

Leave a Reply

 

Merci de votre visite.

Je vous invite à m‘écrire au

cdurocher1@hotmail.com

et à me suivre sur Twitter

@ClaireDurocher1

Revenez me voir, il y a un nouvel article régulièrement.