Par Claire Durocher

Anette et Urgel Kingsbury achètent un lopin de terre à Saint-André-d’Argenteuil en 1952. C’est le début d’une belle aventure agricole pour la famille Kingsbury.

Au départ, le couple a des poulets et des cochons. Un an plus tard, ils achètent des vaches pour commencer la production laitière. Ils bâtissent une laiterie et se procurent un bassin de réfrigération pour les cannes à lait. Les chevaux sont remplacés par un tracteur. Puis, c’est l’achat d’une presse à foin et autres machineries.

En 1962, dix ans plus tard, Anette et Urgel agrandissent l’étable de 30 pieds.

travail au champ avec des chevaux et ancien tracteur

Leur fils Guy est captivé par cette vie à la campagne. En 1978, il décide de poursuivre l’oeuvre commencé par ses parents. La chance est de son côté, il rencontre Nicole qui l’accompagne dans ce projet agricole.

Guy et sa dulcinée poursuivent l’expansion de la ferme. Les progrès de l’agronomie les guident pour bien aménager leur terre et monter un troupeau en santé. Ils acquièrent du savoir-faire sur l’importance du ph dans le sol, du drainage des terres et la sélection des cultures.

Une de leurs préoccupations est l’alimentation équilibrée pour leurs vaches. Les informations fournies par des nutritionnistes spécialisés pour les animaux portent fruit. Les vaches donnent plus de lait parce qu’elles sont mieux nourries. Donc, ils font d’une pierre deux coups, le bien-être des vaches s’aligne avec la rentabilité de la ferme.

une femme et un homme assis à un bureau d'ordinateur

Le métier d’agriculteur est exigeant et demande des compétences diversifiées. L’agriculteur est cultivateur, éleveur, céréalier, horticulteur, maraîcher, entrepreneur. Le travail à la ferme, c’est aussi la vive émotion de conduire le fameux tracteur. Un sentiment de puissance et de liberté de se voir au volant de ce mastodonte à travers la prairie.

Le fermier est mécanicien à ses heures pour réparer les équipements. Il doit aussi tenir des fiches de suivi sur chaque animal, mettre à jour ses livres comptables pour prendre des décisions administratives éclairées. Parfois, des interactions de gestion complexes se présentent : quelle production choisir, investir sur une machinerie, un bâtiment ou une nouvelle terre.

ramasser le foin dans les champs

Nicole et Guy sont passionnés de nature et de plein air. La vie suit les saisons, des semis jusqu’aux récoltes. Voir les champs pousser est l’apothéose. Les tourtereaux ne se lassent pas de se promener sur leur terre et de regarder le foin, l’avoine et le maïs mûrir au soleil. C’est un signe concret de réussite du travail accompli.

Aussi, y a-t-il plus grande joie que d’être présent pour la naissance des veaux, de les nourrir jour après jour et de les suivre dans leur développement?

une femme et un homme dans un champ de maïs

La famille de Nicole et Guy s’agrandit. Ils ont trois enfants, Éric, Christine et Luc.

3 enfants

La ferme est un endroit de prédilection pour élever les enfants, dit Nicole. Les enfants développent leurs habiletés à partir de leur environnement.

Les souvenirs et les anecdotes se succèdent. La vie est douce. La mécanisation des travaux permet de consacrer du temps aux vacances en famille. Les heures de réjouissances passées aux glissades d’eau et au Zoo de Granby demeurent des souvenirs inoubliables.

des enfants jouent à la ferme

En 2007, Luc s’associe avec ses parents. Ensemble, ils continuent de moderniser la ferme pour répondre aux nouveaux critères de l’industrie agricole. L’étable passe de 48 places de traite à 142.

Créatif et inventif, Luc trouve des moyens d’assurer la pérennité de l’entreprise. Il conserve les valeurs de base chères aux Kingsbury, soit le bien-être des animaux.

Un nouvel essor se dessine. Sa jeunesse apporte une vision nouvelle. Tout aussi gestionnaire que ses parents, il réussit, avec sa conjointe Véronique, à propulser la ferme dans le 21e siècle.

De nouvelles décisions de gestion sont constamment évaluées. Les dépenses sont gargantuesques, l’expérience est donc un atout précieux pour assurer le succès de la ferme.

une femme et un homme au centre d'un kiosque de fleurs

Ses enfants, Éloïse, Guillaume et Philippe, raffolent de la vie sur la ferme. Ils aiment participer aux travaux des champs et tant d’autres plaisirs en plein air. Éloïse s’intéresse aux métiers connexes à l’agriculture. Elle aimerait devenir agronome.

une fille regarde au loin dans un champ

Les enfants rêvent déjà de suivre les traces de leur père. Ils pensent prendre la relève de la ferme des Kingsbury, ici, à Saint-André-d’Argenteuil.

deux enfants marchent dans l'étable

Au fil des mots est une page de clairedurocher.com dédiée à la communauté de Saint-André-d’Argenteuil. Tous les articles d’Au fil des mots sont regroupés dans les dernières pages de la section Archives.

Note: Lorsque vous laissez un commentaire, votre adresse de courriel ne sera pas publiée sur le blogue. Elle restera confidentielle.

3 Comments

  • Colette Bellefleur dit :

    OUF, tu me rappelle tellement de souvenir avec mes parents et mes frères, nous avions aussi une ferme laitière. C’est vrai que ce fut un temps très heureux …….. beaucoup de travail mais nous étions heureux, Et vive le plein air….

    • Claire Durocher dit :

      C’est le fun de revivre à nouveau des moments heureux de notre enfance. Une ferme c’est intense à bien des niveaux tout est en vie et change autour de nous: les cultures aux champs, les animaux que l’on nourrit, nos jeux et inventions… et comme vous dites le plein air. Merci d’avoir pris le temps de partager ce beau souvenir.

  • Lise Roy (Lemay) dit :

    Contente de voir toute la progression à votre ferme .Je sais que sur une ferme demande beaucoup d’ouvrages et qu’on ne calcule pas les heures.Ta ferme Guy est de toute beauté .Bravo à vous tous ,une ancienne voisine les Lemay .

Leave a Reply

 

Merci de votre visite.

Je vous invite à m‘écrire au

cdurocher1@hotmail.com

et à me suivre sur Twitter

@ClaireDurocher1

Revenez me voir, il y a un nouvel article régulièrement.